Le Renard Arctique (Alopex Lagopus)

Le pelage du renard arctique est très épais et blanc en hiver et prend des teintes brunes et noires dès le mois de mai, lorsque les températures remontent. Dès que les journées s'allongent, le dos, la queue et les pattes deviennent brun foncé tandis que le ventre et les flancs prennent des couleurs tirant vers le beige. Ce manteau, bien plus léger que la version hivernale, lui permet de se camoufler à la perfection dans la toundra, dépourvue de neige à cette période de l'année.

Nguruvilu : Le Renard-Serpent

Nguruvilu, un Wekufe, prend l'apparence d'un gigantesque serpent à tête de renard avec, au bout de sa queue, une paire de griffes lui servant à attraper ses proies. Il vit dans les rivières et les lacs où il chasse toute personne tentant de traverser l'eau. Pour capturer ses proies, le Nguruvilu fait apparaitre l'eau peu profonde afin d'inciter un humain à la traverser.

Coin Lecture : Ce que chat veut dire

Le comportement de votre chat n'aura plus de secret pour vous ! Sur les conseils avisés du Dr. Yuki Hattori, apprenez à décrypter les mimiques et expressions énigmatiques de votre chat pour enfin comprendre les messages qu'il veut vous transmettre.

Le blanchissement des coraux

Le corail est un animal pluricellulaire de l’embranchement des Cnidaires formé de polypes mesurant seulement quelques millimètres. Un polype est une forme sédentaire coloniale chez le corail (l'anémone de mer, quant à elle, possède un polype solitaire) dont l'extrémité inférieure est conçue pour s'accrocher à une surface. Il est constitué d'un corps cylindrique à double paroi entouré de tentacules et d'une cavité digestive.

Le chat, ce toxicomane

Tout d'abord, il est important de savoir que tous les chats ne réagissent pas systématiquement à la cataire : environ 30% des chats semblent n'y porter aucun intérêt. Ils peuvent même avoir des préférences : certains matous vont être très stimulés par la cataire, mais ne ressentiront rien face à la valériane, par exemple. Cela est dû au fait que l'attirance ou non aux herbes-aux-chats, et plus particulièrement à la népétalactone, est déterminée génétiquement.

Créez un site ou un blog sur WordPress.com

Retour en haut ↑